19 janvier 2010

Quand Freud s'invite dans mes rêves

J'adore interpréter mes rêves. Pas tous, hein. Seulement ceux qui semblent importants, qui laissent entrevoir les clés de leurcompréhension.

Par exemple, j'en ai fait un il y a quelques années : Ma grand-mère me retrouve autour d'un stade et me prend par la main pour que l'on se promène. À la fin de la balade, elle me dit au revoir et part tranquillement. Tout est très lumineux, très blanc. J'interprète ce rêve comme le signe que mon inconscient a terminé sa période de deuil et que j'ai accepté la mort de ma grand-mère. 

Celui que j'ai fait la nuit dernière est différent mais tout aussi clair pour moi : Je suis dans des toilettes publiques, assise sur la cuvette, quand je sens quelque chose de gros, mou et chaud sortir de mon vagin. Je ne saigne pas. Je prends la chose dans mes mains, il s'agit d'un placenta transparent et propre (on dirait une méduse). Je ne comprends pas bien ce qui vient de se passer, mais je suis calme. J'interprète ce rêve comme la véritable fin de la fausse-couche que j'ai faite il y a maintenant 2 mois. Le placenta étant le dernier élément à sortir du ventre lors de l'accouchement, c'est l'étape cruciale nommée "délivrance" qui marque la fin de la grossesse. Selon moi, j'ai enfin terminé cette grossesse. Je l'ai acceptée et j'ai fait le deuil de sa disparition.

 

Si je fais de la psychologie à deux balles, dites-le moi, je ne le prendrais pas mal, de toute façon c'est ce que mon Ours me dit tout le temps :)

Mais tout ça me rassure et m'indique que je suis sur la route, sagement assise, tenant le volant de ma destinée d'une main ferme et déterminée.

42_21932557

Posté par vanierxx à 14:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires sur Quand Freud s'invite dans mes rêves

Poster un commentaire